REMED

Médiation des récits minoritaires au musée

Ces journées d’étude s’intéressent à la place des récits minoritaires au musée à partir d’une réflexion sur la posture de la médiation culturelle et son articulation avec celle des autres professions artistiques et culturelles composant l’institution (conservateur·ices, curateur·ices, artistes) ainsi qu’avec celle des publics. Il apparaît en effet paradoxal de penser la question des récits minoritaires sans interroger la façon dont ces récits sont racontés, qui les énoncent, et quelles sont les dynamiques qui soustendent ces représentations.

La question de la justesse de la place de la médiation vis-à-vis des récits dont elle s’empare est souvent restreinte à un objectif présumé de neutralité, dans lequel la juste posture serait atteinte par la capacité des médiateurs·ices à se rendre invisibles, en faisant lien sans prendre position. La place assignée aux publics dans cette équation est généralement cantonnée à celle de réceptacle d’un discours ou d’une proposition artistique construite ailleurs et transmise par l’intermédiaire des médiateurs·ices. Ces journées d’étude visent à explorer d’autres propositions pour la médiation culturelle muséale, investissant les interstices des institutions, questionnant les pratiques et espaces dominants de réflexion, d’enseignement et de création. Elles s’intéresseront de même à la façon dont ces nouvelles épistémologies de la médiation peuvent enrichir les manières de faire entendre les récits minoritaires au musée.